Sweet Joni

« The considerations of a corporation, especially now, have nothing to do with artor music. That’s why I spend my time now painting.” Joni ne veut pas non plus vendre ses peintures. “I want nothing to do with galleries, even in terms of exhibitions. When money meets up with art, there is a lot of pain, and it’s the pain of ignorance, and I don’t want to meet up with that ignorance again. My work is personal, too vulnerable. That’s why I quit making records.”
Joni Mitchell n’a jamais fait beaucoup de concessions. Maintenant, elle préfère envoyer tout balader et se consacrer à la peinture (sans vendre ses toiles) pour ne pas avoir à se compromettre avec le business de la musique. Elle parle de la société du spectacle avec une certaine lucidité : « Mass murder is probably the favourite entertainment of the American culture at this point. »

photographie signée Norman Seeff

Cet article, publié dans économie spectaculaire-marchande, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sweet Joni

  1. Jacques d. dit :

    Hop, just like a woman !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s