Vu

Mektoub My Love : Canto Uno, Abdellatif Kechiche (2018)

Lorsqu’on regarde des films à la maison, il arrive qu’on enchaine par association d’idées, un peu à la manière des programmateurs de festival. Après Conte d’été, le thème qui s’imposait au cœur de l’hiver était la plage (la lumière, les corps, le temps libre). Le film de Kechiche s’est imposé sans concurrent immédiat. Éblouissement au basement. Immersion dans les jeux de l’été, la danse, les frôlements, les étreintes. Le personnage central, plus retenu, timide, se comporte comme nous : il regarde et il en prend plein les yeux. D’ailleurs, il enregistre la beauté des choses, comme Rohmer, pour ne rien perdre. Il parait que la suite est déjà tournée. On a tellement hâte de retrouver ces personnages avec lesquels s’est créée une proximité qui dépasse le cadre ordinaire du cinéma de fiction.

Cet article, publié dans Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s