Karma instantané (nous brillons tous)

Lennon et Ono live à Top Of The Pops le 11 fevrier 1970

L’idée du karma instantané est venue d’une discussion avec la femme de l’ancien époux de Yoko. Dans la tradition bouddhique, le karma vous suit sur la très longue durée, plusieurs vies en fait. L’idée de l’ex est que le résultat de nos actions peut être immédiat (ce qui peut se vérifier parfois). Selon la légende, John aurait eu l’idée de la chanson au petit-déjeuner le matin du 27 janvier 70. Le texte et la musique ont été expédiés en moins d’une heure pendant qu’il finissait ses corn flakes. Rendez-vous fut donné au studio Abbey Road le soir-même : Phil Spector aux manettes ; George Harrison, Billy Preston, Klaus Voorman et Alan White en participants invités de dernière minute. Les chœurs ? Une bande de fêtards alcoolisés recrutés dans une boîte de nuit. Et dix jours plus tard, le single sortait en Angleterre. Comme on sait, il fit un carton dans les charts.

(Pas de revue de presse, rien sur Benalla, Mediapart, les violences policières, les mensonges d’Etat, le boxeur ignare, etc. etc. Trop clivant.)

Cet article, publié dans Posts, songs, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Karma instantané (nous brillons tous)

  1. Jacques d. dit :

    Niaiseries exotico-new age + liqueurs from french débits de boisson = karma-gnôle
    Bon, d’accord, c’est pas super fin, j’en conviens aisément mais bon… c’est pas pire que la scie lennonienne….

  2. Anonyme dit :

    Rock ‘n’ Roll ! (Bannon le ventripotent devrait s’inspirer de ce succès spontané)

  3. journaldejane dit :

    Je ne suis pas dans l’objectivité avec ce titre. J’étais en 6ème quand c’est sorti et cette chanson me faisait un effet terrible. Quand j’ai vu la vidéo à la télé, j’ai cru que j’allais m’évanouir. C’était d’une intensité incroyable et totalement jouissive (oui, le rock n’ roll est très sexuel quand on est gosse). Yono avec ses yeux bandés, c’était violent aussi. Je ne connaissais pas l’histoire du happening dans l’art moderne mais j’ai tout pris en pleine poire, flash instantané. Blam.

    • Jacques d. dit :

      Loin de moi l’idée de bousculer de quelque façon que ce soit, vos impressions premières ou souvenirs fondateurs, ni même de les critiquer… mais, quand même, elle tricote, une maille à l’endroit, une maille à l’envers, façon « modes et travaux » et porte sur les yeux ces bandeaux dont les mamies se recouvrent pour s’assoupir à l’heure de la sieste (voire pour prendre les u.v. dans les instituts de bronzage), quant à Lennon on dirait Elton John (gaillard à chapeaux qui aurait bien du mal à passer pour la doublure de G.G. Allin voire même de Vince Taylor). La vidéo fait redoutablement penser à une captation chez Drücker (chez qui, on ne pogotait guère me semble-t-il ?)
      Bon, je dois confesser ma mauvaise fois, n’ayant jamais supporté ni Lennon, ni le couple passablement poseur John and Yoko. Bon, mais je crois qu’à l’époque j’étais déjà trop vieux pour ces « we all shine on », « imagine » et autres « oh Yoko »… le punk allait venir et c’était tant mieux
      La seule occasion où je trouve le Beatles à lunettes juste c’est sur ce titre là où il braie et, en même temps comme dirait l’Autre, module comme il se doit pour faire advenir ce mr. Moonlight (qui n’avait rien à voir, heureusement, avec le patron de la secte Moon) :

Répondre à Jacques d. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s