Vous avez dit « quixotic » ?

A l’issue de sa chronique, le journaliste d’Uncut s’interroge :

What if Dylan had released an acoustic album? How different would his career have been ? As 1975 progressed, Dylan’s sights had already focused elsewhere. He was busy plotting both a new album (Desire) and a new live venture (the Rolling Thunder Revue) that, once again, hadlittle in common with what had gone before. Blood On The Tracks may be one of the greatest albums of the ’70s, sure, but for an artist as quixotic* as Bob Dylan, he had already moved on – “Changing ideologies like tires, like shoes, like guitar strings,” he wrote in Chronicles. “What’s the difference? As long as my own form of creativity stayed intact, I owed nobody nothing.”

*quixotic : capricieux, imprévisible, chimérique, donquichottesque

Le mot « fantasque » conviendrait s’il n’avait pris, dans la société marchande, un sens exclusivement négatif.

Cet article, publié dans disques, Dylan, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s