Revu

Sauve qui peut (la vie), Jean-Luc Godard (1980)

Pour des raisons qui se trouvent dans les commentaires du billet du 7 septembre, revoir ce film était devenu une envie urgente. 1980 : on peut dire qu’on l’avait attendu, ce film. C’était, pour Godard, le grand « retour au cinéma » après une dizaine d’années de semi-clandestinité pendant lesquelles il n’avait jamais cessé d’expérimenter, d’interroger les images et les sons dans son laboratoire.  Ce fut un choc, ça aussi je m’en souviens bien. Godard avait changé depuis les années 60 (on s’y attendait) mais surtout,  il ne s’était pas du tout assagi. Bien au contraire. Alors qu’on aurait pu s’attendre à une forme de normalisation selon la conception bourgeoise qui veut que « jeunesse se passe », Godard balançait un film alliant radicalité du propos et liberté créative. Le scénario d’Anne-Marie Miéville traite de la domination sociale et sexuelle et de la manière dont les deux se combinent (un sujet qui reste d’actualité). La violence est montrée de manière frontale, elle culmine dans les scènes de prostitution. La mise en scène est d’une beauté époustouflante, comme si Godard montrait ce qu’il peut faire avant de disparaitre. La bande son est aussi travaillée que l’image et mérite qu’on l’écoute au casque. Le pitch que propose allociné est explicite :  » Les angoisses et aspirations d’hommes et de femmes face à une société qui les broie. » Et en plus, ça finit mal – un peu comme A bout de souffle. Si vous cherchez un feel good movie, ce n’est pas la bonne pioche. Par contre, si vous souhaitez reconsidérer cette légende tenace selon laquelle Jean-Luc Godard aurait connu une panne de création après 68 (le coupable idéal), alors c’est le film qu’il faut voir.

Bonus : Godard sur le plateau Dick Cavett parle en anglais à propos de l’utilisation du ralenti dans Every Man for Himself et c’est assez drôle.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Revu

  1. omallet dit :

    Merci de ce contrepoint au film d’Hazanavicius – devant lequel il n’est certes pas interdit de rire…
    Je me permet de vous proposer ce lien vers un entretien donné par Romain Goupil, dans lequel le cinéaste donne des informations de première main sur le tournage de Sauve qui peut (la vie) :
    https://www.universcine.com/articles/godard-seul-seul-godard-par-romain-goupil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s