Lu

Un universitaire commente pour nous le poème de John Shade, son collègue, voisin et ami. Au fil des notes de lecture et des digressions, l’intrigue et les personnages du roman se précisent (le narrateur est un roi en exil, le poète a été assassiné). Nabokov, dans la fausse introduction, compare son ami à un magicien qui le fascinait lorsqu’il était enfant. Ce roman époustouflant est « ce soudain éclair de magie » qui laisse le lecteur étourdi et émerveillé.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s