Vu

Pennebaker apparait à un moment dans le documentaire sur Janis Joplin. C’est ce qui m’a donné envie de regarder Monterey Pop – pas seulement le passage inflammable de Jimi Henrix, qu’on connait par cœur, mais le reste (la liste des intervenants est longue). Il y a des groupes envapés franchement ennuyeux comme The Blues Project, qui n’a de blues que le nom, ou encore l’insupportable Jefferson Airplane.  Mais le charme du film tient surtout à l’ambiance du festival qui était excessivement cool. Pas de boue comme à Woodstock, de sang comme à Altamont. Pennebaker a été séduit par cette ambiance de rêve éveillé ; les plans sur le public du festival témoignent de ce moment d’euphorie un peu hors du temps que fut l’année 67 à San Francisco. Quant aux extraits de concerts, il y en a pour tous les goûts. Le passage de The Electric Flag avec Mike Bloomfield (guitar) est un des sommets.

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vu

  1. gompo dit :

    notre famille hippie continue d exister:

    rainbow family

    nous nous rassemblons dans la nature partout dans le monde, à la hippie: système du cercle sans hiérarchie mais avec respect des aînés, repas veg, vie avec les animaux, pas d argent mais chapeau magique, chants et chai, amour libre

    welcome home!

  2. Anonyme dit :

    « cette ambiance de rêve éveillé »
    C’est ce qui transparaît de ce film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s