Bukowski épistolier (1)

Quand on a découvert Bukowski en 77 avec la traduction des Mémoires d’un vieux dégueulasse, l’écrivain avait déjà 57 ans. Après une vie bien cabossée, la reconnaissance fonçait enfin vers lui de manière irrémédiable. Ici, on nous le présentait comme « l’idole des punks », ce qui était un argument commercial bidon – mais le succès repose souvent sur des quiproquos. Bukowski a toujours été en dehors des groupes, des courants, du milieu littéraire en général. Voilà ce qu’il écrivait en 1967, en pleine année de l’amour :

Les choses se sont mieux passées que prévu mais à l’époque où il écrivait ces lignes, ce n’était pas évident.  A suivre…

Cet article, publié dans citations, livres, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s