Rions un peu

Illustration : Bill Térébenthine

« Car sous la pellicule fine des ultra-riches, (…) il y a toute la petite troupe électorale des wanabees qui, eux, s’y croient à fond. Ils lisent Challenges ou Winner comme jadis on lisait Salut les copains : avec des étoiles dans les yeux, se ruinent le poignet sur des posters dépliables de Xavier Niel, se repassent dans la voiture leurs leçons de globish, optimisent leurs process, ne rêvent que d’être « augmentés », vivent la vie comme une startup. On n’aurait pas d’obstacles à ce qu’ils restent entre eux, comme dans une sorte de parc à thème, qui par parenthèses pourrait connaître un réel succès, c’est qu’il y a des choses à voir et à entendre qui méritent qu’on paye. Le problème est que ces débiles ont la forme de vie agressivement envahissante, et qu’ils ont même pour projet d’y mettre tout le monde : ils se sont d’ailleurs donné un président pour ça. » Frédéric Lordon, extrait de Vivre et penser comme des DRH, à lire en entier ici

Cet article, publié dans citations, humour, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Rions un peu

  1. tuskanny dit :

    Ah ! Voilà qui, d’emblée, précise encore la teneur de ma journée à venir, après avoir entendu un expert présenter à la radio « ce que les riches pensent des pauvres » et avant de me rendre à un entretien destiné à « aider » mon retour à l’emploi…
    Je goûte l’association abrupte de l’illustration et du texte : très… comment dire ?… Performant ? 😉

  2. tuskanny dit :

    Merci de vos bons voeux, je ne sais quels dieux ont veillé, cette journée se poursuit aussi légèrement qu’elle a commencé, en partie grâce à votre contribution du jour. Bye !

  3. Anonyme dit :

    Lordon est aussi chiant que ceux qu’il dénonce. C’est grave docteur ?

  4. journaldejane dit :

    « Il y a chez tout DRH quelque chose de spécialement détestable, et cela commence par le fait de feindre de se soucier des humains quand son seul souci porte en réalité sur leur soumission et leur rendement. L’exploitation n’aime pas qu’on l’appelle par son nom. Très tôt, dès les années 1930, elle a préféré que l’on parle de « Relations humaines » plutôt que d’« Organisation scientifique du travail », qui sentait trop la schlague. Les voici, un demi-siècle plus tard, métamorphosés en « directeurs des Ressources humaines » – des sortes de jardiniers de la jungle entrepreneuriale dont le seul souci serait de nous aider à réaliser notre potentiel, à nous libérer, à saisir les opportunités, à développer durablement notre capital humain. Ceux qui vous volent votre vie exigent en outre que vous les en remerciez, ne fût-ce que d’un sourire forcé. »
    https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/210917/penicaud-au-pre-catelan-le-bois-de-boulogne-aux-faineants

  5. Anonyme dit :

    Ce Mr. Lordon est une caricature de sa caricature, ceux qui pensent peuple et se voient le peuple. Il y a des années, c’était des maoistes, des troskystes, etc.. La crise d’acnée des fils et filles de bourges. C’est dit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s