Le livre de l’été

L’été n’est pas complètement terminé et le livre non plus. Il est vrai que c’est un gros pavé (1068 pages sans compter les notes, la bio, etc.). Je l’avais commandé sur un coup de tête après avoir lu quelque part qu’il s’agissait du livre de chevet de Jean-René Huguenin. La préface est un peu tiédasse. Ce n’est pas la meilleure entrée pour aborder ce journal où l’auteur expérimente et invente sous nos yeux le beylisme comme attitude vécue. Le lecteur n’est pas captivé dès les premières pages. Au fil des jours, une connivence s’installe lentement. Et sans qu’on s’en aperçoive, une forme d’addiction douce finit par rendre la lecture indispensable et de plus en plus agréable.

Cet article, publié dans livres, Posts, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le livre de l’été

  1. journaldejane dit :

    Il faut ajouter que le jeune ambitieux plein de fougue qui tient ce journal, et qui n’a encore rien produit d’important, ne nous est pas immédiatement sympathique. Il le devient.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s