Nobel

« Buddy est mort quand j’avais dix-huit ans et lui vingt-deux. Dès que je l’ai entendu, j’ai vu en lui mon semblable. J’ai ressenti un lien, comme s’il était mon grand frère. Je trouvais même que je lui ressemblais. Buddy jouait la musique que j’aimais, la musique avec laquelle j’avais grandi : le country et le western, le rock’n’roll et le rhythm’n’blues. Trois fils musicaux qu’il entremêlait et nouait en un genre unique. Une vision unique. Et Buddy écrivait des chansons : des chansons aux mélodies merveilleuses et aux couplets pleins d’imagination. Et puis, il chantait bien en fait, il avait plusieurs voix. Il a été l’archétype. Tout ce que je n’étais pas et désirais être. » Bob Dylan, extrait du discours du Nobel

J’ai écouté l’émission consacrée au speech de Bobby en roulant dans la nuit. C’était parfait. Le présentateur est légèrement irritant mais il a le grand mérite d’avoir traduit de longs passages du discours en question. Comme il le dit justement, il s’agit d’un superbe appendice à Chroniques, son livre de mémoires.

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Nobel

  1. Anonyme dit :

    Sacré Bobby V. De bons titres d’Holly diffusés dans cette émission. Thanks.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s