Pierre Minet, le Grand Jeu et les Surréalistes

On sait que Breton avait apprécié La défaite. Il est vrai qu’il n’y apparait pas sous son plus mauvais jour.  Extrait :

Pierre Minet, La défaite (Allia)

Sorry pour l’effet de flou sur les côté (en même temps, cela peut évoquer la fulgurance de la poésie).

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s