Ethan A. Russell

1 2 3EXCEPT FOR THE CONSTANTLY RINGING PHONES, the atmosphere at Oriole House was lowkey and friendly. “I remember mostly what a small group it was,” said Mick Taylor. “Touring the Rolling Stones today… it’s like organizing an army to go into battle. In 1969 it was very small, and in a way, very intimate.” Extrait de LET IT BLEED, The Rolling Stones 1969 U.S. tour

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ethan A. Russell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s