Présence Panchounette (1969-1990)

pp

S’il n’en reste qu’un, 1987 Pot de peinture et soldats en plastique 30 x 40 x 40 cm

A la fin des années 80, entre cours fastidieux à la fac, visites d’expos ennuyeuses et lectures pénibles (Art Press…), la découverte de ce groupe d’artistes joyeusement iconoclastes fut pour moi comme une révélation : il était possible de ressentir une proximité avec des artistes contemporains. J’appréciais leur façon de se situer dans la postérité de l’I.S. tout en prenant en compte l’état de décomposition avancée (ou « académisation ») des avant-gardes. Hélas, le groupe a splitté quelques années plus tard pour échapper à la reconnaissance (cet échec).

Petite présentation :

« Si Présence Panchounette reconnut avoir été influencé initialement par les thèses de l’Internationale situationniste, il marqua néanmoins ce qui le différenciait des révolutionnaires menés par Guy Debord entre 1957 et 1972. Là où l’I.S. s’était placée dans la perspective utopique d’une transformation globale de la civilisation, le groupe bordelais avait abandonné toute visée millénariste. La notion d’homme total — c’est-à-dire l’invention de soi à travers une communauté égalitaire — n’était plus à l’ordre du jour. Seul le constat situationniste de la fin de l’art fut repris. Dans la société du spectacle, la création esthétique ne pouvait espérer être autre chose que le signe de la décomposition culturelle provoquée par le capitalisme. Dès juin 1957, Debord avait remarqué « le renoncement à une revendication d’ensemble, et l’acceptation d’un travail fragmentaire », pour ajouter : « C’est ce qui donne à ce terme même d’ »avant-garde », toujours manié en fin de compte par la bourgeoisie, quelque chose de suspect et de ridicule ».

Ce jugement fut aussi celui de Présence Panchounette qui usa sans restriction de la raillerie, afin de dénoncer la démesure des prétentions qui animaient selon lui les mouvements artistiques de l’époque. Dès les années 1970, le groupe perçut dans le discours critique produit par la création contemporaine une grotesque convention qui se réfugiait dans une certaine abstraction, souvent oublieuse de la structure sociale. Son approche peut alors être considérée à l’aune de la satire qu’il employa de manière stratégique. » Extrait de « Les pieds dans le tapis : Présence Panchounette et le ridicule de la modernité », un texte intéressant de Fabien Danesi qu’on peut lire en entier ici.

A signaler : une exposition jusqu’au 8 octobre à la galerie Semiose.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Présence Panchounette (1969-1990)

  1. Claude dit :

    L’écrivain et plasticien Frédéric Roux – une bonne plume – a fait partie de l’aventure Présence Panchounette avant de prendre part aux Arts modestes. J’ai bien aimé son roman « Ring » dans lequel il tape joyeusement sur quelques uns des pires aspects des années 80 et aussi le livre-hommage « Le désir de guerre », un récit où il évoque son grand-père, vétéran et mutilé de la Grande guerre. Les premières lignes :
    « Mon grand-père était maladroit comme un cochon. Lorsqu’il est revenu du nord de la Loire, où il n’avait personnellement rien à faire, il lui manquait une jambe. »
    Sous des dehors un peu bourrus, c’est un gars sensible. Je l’avais interviouvé pour une émission de radio à la fin des 90’s.
    Son site :
    http://red-dog.pagesperso-orange.fr/

  2. Claude dit :

    PS : il envoie de bonnes sentences dans ses « Varia ». Exemple :
    « Les gens différents se ressemblent tous. Alain Badiou a le même ton insupportablement suffisant que Régis Debray. Ce sont les mêmes. »
    Bon ouikend

  3. journaldejane dit :

    P.S. : sa bio de Mohamed Ali, « Alias Ali », a l’air très bien aussi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s