Les 7 Boules de Cristal Maudit

bernard-squarcini« Décidément, quelle série noire ! Quelle malédiction ! Comme si tous ceux qui avaient touché, de près ou de loin, au dossier de Tarnac devaient finalement être punis par un destin aussi impitoyable que la malédiction de Toutankhamon. Le juge d’instruction Fragnoli : muté à Papete. Yves Jannier, l’irréprochable chef du pole antiterroriste d’alors, devenu procureur à Pontoise : viré pour quelques petits arrangements avec la vérité sur la mort d’Adama Traoré, alors qu’il ne voulait qu’apaiser la situation. Michèle Alliot-Marie : renvoyée dans les poubelles du gaullisme pour une amitié trop sincère avec Ben Ali et ses forces de l’ordre. Christian Bichet, le RG qui nous aimait tant, tellement qu’il ne vivait que pour nous détruire : viré et en dépression. Sarkozy, n’en parlons pas : il a tant de chiens à ses basques qu’il court après le poste sans intérêt de président de la République. À ce compte, il ne manquera bientôt plus que Jean-Claude Marin, l’ex-procureur de Paris, l’homme de la « cellule invisible », qui, à l’heure qu’il est, doit être en train de préparer son réquisitoire contre nous devant la cour de Cassation, et dont le teint excessivement rougeaud nous fait craindre à toute heure une embolie cardiaque. Quel désastre ! Et quel ravage ! » Des mis en examen dans l’affaire dite « de Tarnac » (texte complet)

Plus de détails sur la terrible malédiction qui frappe le brave ex-directeur du renseignement intérieur ici

Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Les 7 Boules de Cristal Maudit

  1. Jacques d. dit :

    Ah ah ah… terriblement drôle (il est vrai qu’il en va souvent ainsi dans les courriers des tarnaciens) !

  2. jacques d. dit :

    Oui, et cet irrésistible courrier qu’ils avaient envoyé à Thierry Fragnoli (via le Monde ? Libé ?) dans lequel ils le remerciaient d’avoir, par son opiniatreté à dérouler ad nauseam la procédure judiciaire, d’avoir permis l’émergence d’un verbe nouveau, fragnoler (qu’ils conjuguaient à l’indicatif, je fragnole, tu fragnoles, vous fragnoliez, etc.) pour signifier le labeur de tâcheron mené par le (haut) fonctionnaire têtu. Dans le registre épistolaire, ils sont vraiment bons ces carnassiers tarnaciens

  3. jacques d. dit :

    opiniâtreté, chapeau eh oui !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s