The Supremes

supremes2La raison pour laquelle nous apprécions le climat de désillusion qui règne : personne ne nous reproche de nous détourner du spectacle désolant de notre époque.  Nous n’idéalisons pas pour autant les sixties, ce moment où la culture de masse a commencé à tourner à plein rendement tandis que se mettait en place l’organisation sociale qui implose lentement sous nos yeux un demi-siècle plus tard.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s