« Cette belle étoile filante qui a pour nom Pommereulle »

pommereulle1On l’a vu en dandy désœuvré  dans l’un des plus beaux films de Rohmer, La collectionneuse. Dans une séquence remarquable, le critique d’art Alain Jouffroy y fait une analyse percutante de ses sculptures hérissées de lames de rasoir . Ses œuvres tranchantes et piquantes sont rarement exposées par les institutions qui préfèrent « l’ignoble kitsch des collectionneurs milliardaires ». Pour en savoir un peu plus sur cet artiste énigmatique, on peut lire ici un passionnant entretien avec Ferdinand Gouzon, auteur d’une monographie consacrée à Daniel Pommereulle.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s