Lu

De nombreux jeunes gens ont rêvé de laisser derrière eux un livre qui resterait. Jean-René Huguenin l’a fait ; il a tenu ses objectifs (comme on dit aujourd’hui) ; son unique roman est toujours apprécié par de nouvelles générations de lecteurs et sa personnalité continue de fasciner. A la lecture de son journal, on est saisi par le sentiment d’urgence qui ne quitte par l’écrivain. En quelques années, Huguenin s’est lancé dans une course en avant fébrile, exigeante, menée avec le pressentiment d’un « destin tragique ». Ce livre singulier, c’est encore la préface de François Mauriac qui en parle le mieux. On peut la lire ici.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s