Interlude monkien

1. Epistrophy
2. Round Midnight
3. Lulu’s Back In Town

Thelonious Monk – piano
Charles Rouse – tenor
Lawrence Gales – bass
Benjamin Riley – drums

En avril 1966, Monk adoptait des comportements étranges. Il se levait au milieu d’un solo pour faire quelques pas ou se mettait à tourner sur lui-même comme font les enfant qui cherchent à s’étourdir. Ses musiciens avaient l’habitude. Ils tentaient juste de deviner ce qu’il voulait et cela leur demandait un grand effort d’attention. Il faut dire aussi que Monk était alors au sommet de son jeu, à la fois totalement libre et d’une grande précision.

 

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Interlude monkien

  1. D. dit :

    Quand l’artiste arrive au bout des possibilités de son art, quand son instrument devient trop étroit pour son génie, comme Rimbaud avec le langage ou Hendrix qui finit par mettre le feu à sa guitare…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s