Lecture

James SalterJe suis en train de terminer la lecture de ce roman, le dernier de James Salter (mort le 19 juin 2015). Bientôt la fin du plaisir subtil que procure cette prose sobre et élégante. Le livre raconte de manière elliptique l’histoire d’une vie assez ordinaire, celle de Philip Bowman. Il est question de sa jeunesse, de sa participation à la guerre dans le Pacifique, de sa carrière dans l’édition et aussi des femmes rencontrées, aimées, quittées. Les scènes s’enchainent un peu comme dans un montage cinématographique. Un extrait presque au hasard. Dans ce passage, le personnage revient déambuler sur les traces de sa jeunesse.

« Chez Clarke’s, de douces réminiscences l’envahirent. Le bar était presque désert à cette heure de l’après-midi. Les habitués étaient repartis vers leurs bureaux. Il restait le long de la vitrine quelques rares clients que le soleil empêchait de distinguer clairement. Il repensait à Vivian et à son amie, Louise. A George Amussen, et à sa permanente désapprobation. » Vivian est son ex-épouse, fille d’un riche éleveur qui n’avait pas vu d’un bon œil ce mariage. Il se sont séparés. Problème de milieu social d’origine. Vivian « appartenait à ce monde qui buvait trop, possédait de grandes maisons, des voitures avec des bottes maculées de boue et des sacs de croquettes pour chiens dans le coffre, un monde trop fortuné et imbu de lui-même. » Tout le talent de Salter se trouve là, dans cette énumération de détails évocateurs. Et ça continue sur ce ton indéfinissable, ni lyrique, ni blasé. « Il commanda une bière. Il se sentait flotter dans le temps. Il s’apercevait dans le miroir derrière le bar, entre les ombres et les reflets argentés, tel qu’il s’était vu des années auparavant, fraîchement débarqué dans la grande ville, jeune, ambitieux, caressant le rêve de se faire une place au soleil avec tout ce que cela impliquait. Il s’examina longuement dans la glace. Il avait parcouru la moitié du chemin, ou même un peu plus. Tout dépendait du moment qu’on choisissait comme point d e départ. »

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s