Avalon

Tiens, je viens de lire ça. C’est assez troublant car moi aussi j’ai réécouté ce disque récemment (une seule fois, pas en entier et après avoir hésité, mais quand même). Rien de tel pour se prendre un flash back en pleine face. Souvenir : je marche dans une rue parisienne un soir d’été, il fait chaud, la rue est sale, j’ai mal aux pieds et je ne suis pas en forme. Devant moi, il y a un type qui se trimbale un magnéto sur l’épaule ; il écoute ce titre à fond. Je reconnais la voix de Brian ferry mais je trouve que le groupe a bizarrement évolué, comme s’il avait subi une mutation. Le lendemain, j’achète le disque (qui sera leur chant du cygne). Il rejoindra la bande son de ces années-là.

I could feel at the time
There was no way of knowing
Fallen leaves in the night
Who can say where they’re blowing

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s