Collants

rock2Premier album acheté avec l’argent de poche. Yeah. Déflagration esthétique majeure dont on ne se remet jamais. « Aujourd’hui, tout le monde semble ne jurer que par Exile, mais c’est un peu du révisionnisme. À l’époque, le disque qui a traumatisé une génération entière, c’est bien Sticky Fingers« , écrit fort justement Stan Cuesta dans le dernier Rolling Stone. « Tout y était fabuleux, inouï, dérangeant, excitant… La pochette. L’ambiance sexuelle. La musique, magnifique. Il n’y avait rien à jeter, pas une mauvaise chanson, tout s’écoutait du début à la fin sans qu’on n’ait jamais envie d’en passer une. Et puis la drogue… »  Réédition prévue pour début juin.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Collants

  1. Daniel D dit :

    Exile c’est le chant du cygne…

  2. L’histoire du rock s’écrit souvent en ce moment à la manière soviétique. Quant à Sticky fingers, merveille absolue isn’t it ?

  3. Anonyme dit :

    Décollant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s