Lecture

reyLa relation harmonieuse avec le cosmos, que les anciens recherchaient dans tous les aspects de la vie, s’est éloignée à jamais avec le développement sans limite du capitalisme. C’est le thème développé par Olivier Rey. Il n’est pas nécessaire d’être particulièrement pessimiste pour constater que les choses vont mal. Et pourtant rien ne se passe, ou presque. « Telle est la force de l’idéologie libérale que, une fois implantée, elle anéantit si radicalement la faculté, psychique et sociale, à admettre une limite et à la respecter, qu’elle ne peut que continuer à régner jusqu’à ce qu’intervienne la main visible de la catastrophe. » Sommes-nous pour autant condamnés à sombrer dans le désespoir ? Pas du tout. Cet ordre économique et social en cours d’implosion est même pour nous une bénédiction dans la mesure où il nous dispense d’espérer en un avenir radieux, « toujours à imaginer, à  échafauder ». Cet horizon bouché nous condamne à profiter du présent.

Olivier Rey, Une question de taille, Stock

Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Lecture

  1. Anonyme dit :

    This comment is longer than the maximum allowed size.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s