Défense de la littérature

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA« Dans les rencontres ou les émissions, les écrivains sont rassemblés par thème. Si on n’y va pas, au lieu de vendre mille livres, on en vendra cinq. Donc on y va. On est généralement très mauvais. Certains se débrouillent très bien, cela dit, et ça les aide beaucoup. Mais, pour la plupart, nous sommes perdus. Les livres ne sont que des prétextes pour faire parler les écrivains. C’est aggravé par la tradition de l’écrivain engagé, qui a une opinion sur tout, sur la mondialisation, le conflit israélo-palestinien. C’est aussi la faute de l’école. Elle enseigne les textes comme des témoignages historiques. Elle fait de l’écrivain un prophète. Alors qu’on lit pour s’amuser à lire des phrases. C’est terrible de présenter la littérature comme un outil pour comprendre le monde, et non comme un outil de plaisir. » Iegor Gran

Il est bon de rappeler que la littérature ne sert à rien. Et c’est pour ça qu’on l’aime.

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Défense de la littérature

  1. Claude dit :

    L’écrivain engagé est ce qui peut arriver de pire à la littérature. 😉

  2. Claude dit :

    PS: Une fois ce constat fait, on peut se lâcher et lire tout ce qu’on veut.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s