J’ai été « Charlie », il y a longtemps

charlie3Difficile d’être plus Charlie : entre 1973 et 1976, je ne ratais pas un numéro. J’aimais à peu près tout, de la couv’ à la dernière page, avec une préférence marquée pour Gébé, Delfeil de Ton, les reportages en province de Cabu, la revue de presse de Willem. L’hebdo de cette période présentait un concentré de talents absolument époustouflant. Et puis, vers 78, le journal à commencé à devenir moins pertinent, moins nécessaire. On l’achetait encore un peu par habitude, et aussi parce qu’on y trouvait quelques bonnes plumes comme Manchette et Berroyer. Puis on ne l’a plus lu du tout et le journal s’est arrêté à cause des gens comme moi. Je ne peux pas parler de la période suivante, je n’en ai lu qu’un, le fameux numéro des caricatures – que je n’ai pas trouvé bon. Comme beaucoup, j’ai pensé que ce n’était plus du tout le même journal ; il aurait été plus honnête de prendre un autre titre, ne serait-ce que par fidélité à la mémoire de Choron. Bref, au moment du massacre, je n’étais plus du tout Charlie depuis de nombreuses années. Maintenant, la machine médiatique s’est emballée, les manifestations unanimistes et officielles se multiplient et la situation est devenue totalement illisible. Alors je préfère faire mon deuil dans mon coin en me concentrant sur les souvenirs de l’âge d’or du début des années 70.

Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour J’ai été « Charlie », il y a longtemps

  1. Criss dit :

    Merci !!!!

  2. journaldejane dit :

    Tiens. C’est un peu à ces choses-là que je pense quand je promène le chien pour échapper aux infos en continu :
    http://www.arretsurimages.net/breves/2015-01-07/Cabu-les-cons-ont-la-vie-dure-id18380

  3. Claude dit :

    Comme toi, je ne lisais plus Charlie Hebdo depuis 1977-78 – au moment de l’irruption punk, ça n’est pas un hasard – car les paramètres avaient changé et moi aussi. Mais le massacre de sa rédaction dépasse les clivages: c’est la liberté de penser et d’écrire, de dessiner et de filmer ce qu’on veut qui est visée. C’est pour cela que mercredi j’ai déposé un dessin sur le blog en reprenant « Je suis Charlie ».

    • journaldejane dit :

      J’ai l’impression que le rappel des principes non-négociables a été plutôt bien mené. En revanche, ce qui était au départ une réaction populaire spontanée lancée sous le coup de l’émotion est en train d’être rattrapée et canalisée par le pouvoir politique et ça devient le grand n’importe quoi. Derniers exemples, Manuel Vals qui dit « venez nombreux au rassemblement de dimanche » et Cazeneuve (je sais pas comment ça s’écrit et je m’en tape) qui lance un message sur le thème « la sécurité sera assurée par nos soins, vous pouvez venir ».

      • journaldejane dit :

        J’allais ajouter que cet unanimisme suspect n’était pas du tout dans l’esprit « Charlie » (période Choron s’entend). Mais je ne voulais pas me prononcer à leur place. Je donne la parole à Willem. « Le dessinateur néerlandais de Charlie Hebdo Willem a soutenu samedi dans la presse néerlandaise « vomir sur ceux qui, subitement, disent être nos amis » à la suite de l’attaque perpétrée contre l’hebdomadaire satirique, et a épinglé la présidente du Front national Marine Le Pen. « Nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le pape, la reine Elizabeth ou Poutine : ça me fait bien rire », a-t-il ironisé dans un entretien au quotidien néerlandais de centre gauche Volkskrant : « Marine Le Pen est ravie lorsque les islamistes se mettent à tirer un peu partout. »
        http://www.lepoint.fr/societe/willem-vomit-sur-ceux-qui-subitement-disent-etre-nos-amis-10-01-2015-1895408_23.php

  4. Claude dit :

    « Les mots pour le dire, entre abjection et obscénité », un billet de Jérôme Leroy:
    http://www.causeur.fr/charlie-hebdo-twitter-attentat-31007.html

  5. Ca serait pas mal que pour quelques jours encore les soldeurs de compte la ferme. « Rattrapée par le pouvoir politique… », et si le pouvoir politique était absent, qu’est-ce qu’il dirait le grand penseur, celui dont l’âme est pure. (contrairement apparemment à celle des autres ?)

  6. Tout à fait d’accord sur le fond, bien que je sois d’une génération un peu plus récente que l’auteur du billet.

  7. Pivert dit :

    pas évident de choisir ente l’envie de ne pas participer à ce qui devient une récupération politique, et l’envie d’être solidaire avec d’autres contre la saloperie sans nom

    une caricature qui résume bien la situation :

    un article assez cynique d’Onfray sur la réaction médiatico-politique face à cette violence :

    http://mo.michelonfray.fr/non-classe/lintegralite-de-larticle-de-michel-onfray-dans-le-point-du-10-janvier-2015/

  8. journaldejane dit :

    C’est très inconfortable, je confirme🙂 On peut être solidaire et garder une certaine distance ?
    Quant à Onfray, sa description du plan média est assez lucide. Mais pas plus lui qu’un autre ne peut prendre la mesure d’un tel évènement et encore moins en prévoir les conséquences.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s