Un peu d’histoire

Young_Muddy_Waters C’était comment, la vie quotidienne, avant l’uniformisation consumériste imposée par l’économie spectaculaire-marchande ? Il faut imaginer des fêtes improvisées et gratuites telles que celles décrites par les vieux bluesmen. « Les gens faisaient la fête à l’endroit même où ils vivaient. Ils mettaient les lits dehors et utilisaient la petite pièce vide comme un dancing. Ils fabriquaient aussi des tas de lampes, en utilisant les harnais des mules, qu’ils enfonçaient dans une bouteille remplie de pétrole, avant de les enflammer. Elles étaient suspendues partout dans les environs. » (Muddy Waters) « Tu trouvais ton chemin vers la fête grâce aux lampes brillant dans les arbres. A environ un demi-kilomètre de l’endroit, tu commençais à entendre le piano et la guitare qui cognaient ; alors, tu te mettais à courir. » (Honeyboy Edwards) Extraits de Roberts Gordon, Muddy Waters, Mister Rollin’ Stone (Rivages/Rouge)

Cet article, publié dans Journal, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s