Actualité du capitalisme


« La demande de pétrole est toujours forte, et celle de la coke explose. Mais la cocaïne reste le marché le plus profitable du monde. On estime sa production entre 788 tonnes et 1060 tonnes par an et le marché à 352 milliards de dollars. Vous pouvez rencontrer de grosses difficultés pour vendre des diamants de contrebande, mais je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui n’arrive pas à vendre de la coke. Si je veux faire un investissement, disons de 1000 euros, dans une action d’Apple, au bout d’un an je gagnerai 1300 ou 1400 euros. Si je fais le même investissement en cocaïne, au bout d’un an, je gagnerai 180.000 ou 200.000 euros. Il n’y a rien qui va vous faire gagner autant. Et la violence du business est à la mesure de ce chiffre d’affaires. » Roberto Saviano

Entretien stupéfiant à l’occasion de la publication de Extra pure. Voyage dans l’économie de la cocaïne (Gallimard) à lire ici

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Actualité du capitalisme

  1. Anonyme dit :

    Partout où la lutte pour l’augmentation du « chiffre d’affaire » se substitue à l’appropriation « corps et biens » du plus faible, l’accumulation capitalistique progresse

  2. Anonyme dit :

    lyrics waving all the way threw

  3. Anonyme dit :

    youtube me dit que c’est recommandé pour moi ; sans doute la voix nasale

  4. 50phik4 dit :

    Je comprends pourquoi certains voudraient faire rentrer tout ça dans le PIB des pays… 😦
    (Hello, chère Jane ! Désolée de mon absence, je me fais une crise de « tortue recroquevillée dans carapace » assez maousse depuis deux mois.)

  5. Daniel DURET dit :

    On peut pas passer sa vie à crever la faim non plus….

    Un excellent film des frères Coen à ce sujet (chanteur de folk) sur canal hier soir…

  6. Claude dit :

    Un groupe formé de gens d’horizons très divers ayant tous occupé des postes importants se réunit régulièrement pour établir un état des lieux de la dope dans le monde. Ce groupe de réflexion est formé d’anciens responsables politiques, de businessmen, d’ex-conseillers pour les questions de drogue. Leur diagnostic est unanime: la répression ayant échoué – pire, elle a aggravé le problème, criminalisé des franges de la population et entraîné une corruption à tous les étages – il est urgent d’encadrer la consommation de dope, de toutes les dopes. Le 24 avril dernier, la télé suisse francophone a diffusé un très bon sujet d’enquête sur ce qui est devenu un problème de santé publique. Je ne sais pas si vous pouvez le voir en France à cause de la géolocalisation, mais je dépose tout de même le lien:
    http://www.rts.ch/video/emissions/temps-present/5798388-drogue-la-fin-de-la-prohibition.html

    Note: Fernando Henrique Cardoso (Brésil), Ernesto Zedillo (Mexique), Jorge Sampaio (Portugal), Ricardo Lagos (Chili), George Papandreou (Grèce), l’ancien secrétaire d’Etat américain George Shultz, l’ancien chef de la diplomatie de l’UE et de l’OTAN Javier Solana, le prix Nobel de la littérature Mario Vargas Llosa ou l’homme d’affaires Richard Branson sont quelques uns des membres de la commission.

    Note 2: Comme Bill Burroughs l’a dit il y a 40 ans, les chercheurs en pointe, les praticiens sur le terrain et maintenant des décideurs affirment que ce n’est pas la dope qui tue, mais les conditions de vie que mènent les consommateurs pour se la procurer. La prohibition de l’alcool aux Etats-Unis a eu pour conséquences tout ce que pointent aujourd’hui les gens lucides. Hélas, les politiques n’ont rien appris… Quand ils n’avaient pas des intérêts directs dans la prohibition comme aujourd’hui. (Une caisse noire en Suisse d’une cellule des Verts parisiens était alimentée par le fric du deal de shit.)

  7. Claude dit :

    En résumé, pour espérer freiner le marché noir de la came qui alimente toutes sortes d’activités, les pouvoirs publics – du maire d’une petite commune rurale où la consommation d’héro explose aux gestionnaires des métropoles hyperactives où la coke est devenue un stimulant courant -, doivent avoir les moyens légaux et la marge de manœuvre indispensable pour encadrer la consommation. (En France, des maires de tous les partis l’affirment mais pour l’instant ils crient dans le désert…Les gouvernements font l’autruche.) A Madrid, le fumeur de joints peut s’approvisionner dans son cercle. Genève étudie cette possibilité. Il y a d’autres pistes et expériences. C’est urgent.

  8. jean songe dit :

    Le roman noir “ La griffe du chien “ de Don Winslow laisse un goût de cendre plus fort dans la bouche que le constat dur et implacable de Saviano…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s