Les livres, c’est lourd et encombrant

pynchonJe vais hésiter avant d’en acheter. Rien de tel qu’un déménagement pour vous guérir du fétichisme du papier et vous faire apprécier la lecture en ligne. Où trouver sa dose de fiction ? Je viens de découvrir nerval.fr (site fondé par François Bon), j’ai trouvé une version numérique du Pynchon et il y a une bibliothèque juste au bout de la rue. L’angoisse du manque s’estompe.


Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les livres, c’est lourd et encombrant

  1. pink panter dit :

    Se figurer que ce qu’on aime est là, à portée de main, si on veut, prêt à un nouveau départ ; et se le procurer encore sous une forme virtuelle. Touchante image. Le réel et son double.

  2. journaldejane dit :

    Oui, c’est ça. D’abord perdre tous ses repères, puis parvenir à les retrouver sous une autre forme, dans une configuration définitivement différente.

  3. @ pink panter dit :

    Comme un chien repus planquerait un os à ronger pour le découvrir miraculeusement un jour de famine ? … Du tout : aller au plus facile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s