La vie secrète des livres

appelLe livre d’Annie Le Brun, réédition d’un texte publié en 1988, est un vibrant appel à l’insurrection lyrique, une défense de la poésie en milieu hostile (les années 80…) et une charge assez brutale contre le réalisme étriqué qu’elle trouve omniprésent dans le monde des lettres (poésie et roman). Dans ce plaidoyer qu’on aimerait entendre déclamé dans les haut-parleurs des gares, des supermarchés, partout où règnent l’ennui et la résignation, Annie Le Brun cite Reverdy, un texte intitulé Cette émotion appelée poésie qui se trouve précisément dans le volume Poésie Gallimard que j’ai acheté le même jour. En voici un extrait : « Il n’y a pas de mots plus poétiques que d’autres. Car la poésie n’est pas plus dans les mots que dans le coucher de soleil ou l’épanouissement splendide de l’aurore – pas plus dans la tristesse que dans la joie. Elle est dans ce que deviennent les mots atteignant l’âme humaine, quand ils ont transformé le coucher de soleil ou l’aurore, la tristesse ou la joie. » On pourrait difficilement être plus clair pour parler de ce qui n’a pas vraiment de nom.

Cet article, publié dans livres, Posts, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s