New York 73/77

cover« Le mythe veut que la période comprise entre le début et le milieu des années soixante-dix, après la révolution hippie et avant le punk et le hip-hop, ait été un désert culturel. Et pourtant, au milieu des gratte-ciels devant lesquels on s’extasiait depuis l’immeuble au treizième étage, en bas, dans les rues, des artistes déconstruisaient la musique et la reconstruisaient, annonçant une nouvelle ère. » Will Hermes

La couverture de l’édition américaine (cliquer pour agrandir) rend assez bien compte du foisonnement créatif qui s’est emparé de la ville en cette lointaine époque d’avant la gentrification. Pour raconter ces années d’une incroyable densité, Will Hermes procède par juxtaposition, enchainant dans un montage cut, et sans nous laisser le temps de souffler, un gig des NewYorl Dolls, le premier concert américain de Marley (au Max’s), les expérimentations free de la bande à Don Cherry et l’explosion de la musique latino sur les dancefloors, sans oublier la note répétitive qui résonne pour un public de défoncés dans le loft de Steve Reich. Les lofts et la drogue sont d’ailleurs les deux éléments récurrents de la scène new-yorkaise en cette année 73. Les prix accessibles des locaux et de la came ont semble-t-il favorisé la créativité ambiante. Aujourd’hui, les villes favorisent le business des financiers et des chefs d’entreprise. Things have changed.

Will Hermes, New York 73/77, Rivages, Collection : Rivages Rouge

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour New York 73/77

  1. Shige dit :

    La couv me plait beaucoup – évidemment… 🙂 Rien à voir avec l’édition française qui est à faire peur !

    J’ai tout de suite balancé ton article sur Facebook.

    Au plaisir.
    Shige

    • arno marchand dit :

      la couverture reprend la ligne de celle de cette collection. peut être pas de quoi s’énerver ainsi. le plus important est à l’intérieur!

  2. Daniel DURET dit :

    Quels sont les imbéciles qui ont pu dire qu’en cette époque nous vivions un désert culturel ?

    Des jaloux, des importuns, des prétentieux ?

  3. biz dit :

    Ah Suicide

  4. Dietrich dit :

    Jane a beau ménager ses effets, ça part en ville dans le coin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s