Citation de la semaine

schop« Chez les anciens, la conception du destin est celle d’une nécessité cachée dans l’ensemble des choses, qui, sans aucune considération pour nos désirs et nos prières , pour nos fautes ou nos mérites, conduit les affaires humaines et entraîne par son lien secret les choses, en apparence indépendantes les unes des autres, pour les mener où elle veut ; de sorte que leur apparente coïncidence fortuite est, au sens élevé, nécessaire. Or, comme en vertu de cette nécessité tout est prédéterminé (fatum), la prescience des choses est possible aussi par les oracles, les voyants, les songes, etc. » Arthur Schopenhauer, Esthétique et métaphysique

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s