Dorothea Lange

La photographe de la Grande Dépression aux États-Unis est de retour. J’ai vu récemment une de ses photograpphies illustrer un article (je sais plus où) qui rappelait les arguments avancés par ceux qui prônaient l’enrichissement sans frein pour les plus riches. Selon la théorie du « ruissellement », les pauvres devaient inévitablement profiter des miettes abondantes laissées sur la table. Hélas, les défenseurs optimistes du libéralisme s’étaient trompés : on peut constater chaque jour que les pauvres ont une fâcheuse tendance à être de plus en plus pauvres.  C’est vrai pour les individus, les familles, et aussi pour les pays trop endettés. Heureusement, il y a la Banque centrale européenne (BCE) pour les aider à tenir un budget rigoureux et gouter au charme de l’austérité.

Cet article a été publié dans économie spectaculaire-marchande, photographie, Posts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Dorothea Lange

  1. 50phik4 dit :

    Il est très bien, cet article de Lordon.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s