L’épouvantail de l’art moderne

Tiré du catalogue d’une exposition consacrée aux illustrations tournant en dérision l’art moderne, A child of six could do it !, qui s’est tenue à la Tate Gallery en 1973. Ce n’est jamais vraiment drôle, ou alors involontairement. Et c’est ça qui est amusant.

Cet article, publié dans humour, Posts, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’épouvantail de l’art moderne

  1. dp dit :

    moi c celui mon préféré !

    J'aime

  2. vinosse dit :

    L’ennui aujourd’hui c’est qu’il existe très peu de gens pour tenter de dézinguer l’art contempo et quand ils le font, soit ils n’y mettent pas de talent, soit ils se font lapider par la bien pensance qui tient le parloir, justement à cause ou au prétexte des erreurs du passé comme ici montrées…

    Il vaut mieux le laisser s’autoridiculiser et continuer avec les ignares à d’applaudir aux éditos d’andré rouillé…

    J'aime

  3. 50phik4 dit :

    Certaines sont très drôles (celle sur Dali, par exemple, ou celle sur la descente d’un escalier cubiste, très Gotlib dans l’idée), je dois dire. Mais le coup du gosse de quatre ans qui peut faire mieux ou la même chose, c’est devenu un classique, depuis. Je jure d’avoir entendu une dame dire ça lors d’une expo Picasso… 😀

    J'aime

  4. dp dit :

    Je ne pense que ça soit un problème de le faire soi-m^me ou pas,
    c’est un problème (si c’en est une ) de faire ça, pourquoi … et donc pour qui ?

    A cela vous allez me répondre qu’on le fait pour soi.. mais dans cette société actuelle, on peut faire ce que l’on veut pour soi [tout le monde s’en fout] … si cela n’est pas dirigé vers l’autre [et donc le prochain].. la pluie ne fait que tomber et mouille tout monde. Ce qui est bien ,mais dans la réalité des faits , tout le monde sait que cela « n’arrose » que certains.

    Et que pour cela arrose tout le monde il faut les relais qui viennent après:
    Les institutions , privée ou publique. l’imprimerie en parlant ancien. Les amis pour parler « vrais ».

    Le probléme est donc que les artistes cherchent à arroser .:
    par leur projets qui leur sont demandés pour être admis dans tel ou tel organisme subventionneur.
    Hors personnellement je suis incapable de créer quelque-chose en ayant pour contrainte l’idée même d’un projet dont je ne connais même pas l’idée du projet,,, que l’on me demande d’imaginer, en plus !
    Comme si on vous demandez d’uriner dans ou vers l’espace alors que l’on sait parfaitement que ça va nous retomber dessus par la simple gravité, qui nous rift au sol.

    Je veux bien être un internaute,
    mais arriver à uriner dans l’espace sans gravité ni pollution je ne suis pas encore un astronaute (ni un marsien ou lunien ).

    Je pense plutôt que ce qui est « génant » c’est l’impossibilité à se livrer
    sans que cela soi détourné pour des fins personnels.

    Merci à vous.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s