L’art de la trahison

« Un traître en nous quittant nous affaiblit bien moins qu’un lâche défenseur. »
Jean Racine, Alexandre le Grand, II, 5 – 1665.

Je ne sais plus pourquoi on parlait de Besson l’autre jour avec un ami. On se disait qu’il devait se sentir seul, maintenant qu’il a tout perdu, condamné à porter jusqu’à la fin de ses jours une étiquette infamante.  Avant qu’il ne disparaisse définitivement de nos mémoires – comme on se débarrasse d’un souvenir glauque -, on aimerait  que Monsieur Besson prenne le temps de nous pondre des mémoires à chaud ; qu’il nous décrive de l’intérieur ce que ça fait de trahir, les joies que cela procure sur le coup, et puis aussi après, comment on fait, après la défaite, avec cette putain d’étiquette indélébile collée dans le dos.

Cet article a été publié dans messages personnels, Posts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour L’art de la trahison

  1. claude dit :

    Kicé celui-là ? (Vu de Calvingrad, faut préciser) Je ne connais qu’un seul Besson, c’est Patrick: écrivain pamphlétaire un peu hussard. Je tape « Besson » et je découvre un transfuge de la Sarkhollande. Ah, bon. Aucun intérêt. Retournons aux choses sérieuses: la littérature, le cinéma, la musique et l’allure des femmes. Belle journée.

    J'aime

  2. claude dit :

    Pour changer de sujet, vous vous souvenez de la série ‘Johnny Staccato’ avec John Cassavetes ? On avait découvert l’affaire à la fin des 70’s, ou au tout début des 80’s, une époque où on se la pétait polar hard-boiled, poker et pompes deux tons.

    J'aime

  3. claude dit :

    PS: Oups, on ne peut pas voir l’épisode depuis le blog de Jane.

    J'aime

  4. spedd ball dit :

    Inhalation ? Chochotte… J’adore Steve Watts

    J'aime

  5. obni dit :

    Je me suis toujours demandé comment cette trahison ait pu si peu émouvoir à l’époque des faits… ça restera une énigme pour moi

    J'aime

    • journaldejane dit :

      Idem. Selon cet ami, un intime du couple Hollande-Royal. Un brillant conseiller, très écouté. Aujourd’hui, s’il n’avait pas trahi, il aurait les honneurs, un avenir. Je me souviens de Hollande une première fois, à chaud. Il était interloqué, ne comprenant pas. Plus tard, après réflexion, il a livré une hypothèse : « Je crois qu’il fait partie de ces individus qui prennent plaisir à être abjects. »

      J'aime

  6. coprolalie dit :

    Un florentin de nos jours, avec ses grâces et ses crasses contemporaines ?
    Un verbeux, quoi

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s