Lecture aléatoire

J’ai juste commencé à y piocher quelques passages. Je crois que je vais continuer à le lire ainsi. Il faut dire que Benjamin m’est totalement incompréhensible. La fascination provient de cette opacité qui déclenche, à partir du moindre fragment, le processus d’interprétation.

Extrait au hasard :  » De même qu’un malade pris de fièvre transmue toutes les paroles qui lui sont perceptibles en représentations fuyantes de son délire, de même l’esprit du temps ressaisit-il les témoignages de monde spirituels antérieurs ou éloignés pour les tirer à lui et les inclure dans l’activité de son imagination captive d’elle-même. »

Cet article, publié dans citations, livres, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Lecture aléatoire

  1. Daniel Duret dit :

    Bof, déjà faudrait se mettre d’accord sur les sujets: le malade quel est-il pour qu’on parle de délire ? Et l’esprit du temps: c’est quoi ça ? Une généralisation ?
    Etre captif de son imagination… mais c’est bien pour un artiste, non ?

    J’ai pas lu Benjamin mais à force d’en entendre parler je me dis qu’il sert plus d’argument à des pseudo-intellos que de possible source d’intérêt cogitatoire (!?!).

  2. Daniel Duret dit :

    Et pis la photo de couverture !!!

    Des tas de prétendus penseurs se sont fait clicheter dans cette position depuis !

  3. Sophie K. dit :

    Houlà. Ça semble un chouïa ardu, vi. Mais tu as raison de t’y plonger.

  4. Anonyme dit :

    ESSENTIEL Benjamin. Il faut l’apprivoiser, y revenir régulièrement. Ne pas oublier qu’il a rencontré Duchamp et qu’il ont discuté de la reproductibilté de l’oeuvre d’art… L’aura de l’oeuvre dont parle Benjamin n’est pas si facile que ça à aborder, et c’est pour cela qu’on doit s’y attarder.

  5. Daniel Duret dit :

    Ah bin, s’il a rencontré Duchamp alors…

    L’artiste autoproclamé. Et auto « réclamé » !!!

  6. klee des anges dit :

    Sur les ruines du futur

  7. Sophie K. dit :

    En tout cas, au vu de ce que je comprends, la réfelxion de benjamin tourne autour de la vérité toute subjective que chacun a des choses. Ca rejoint un peu Lacan et sa réflexion sur l’impossibilité de saisir le réel objectivement.
    (Mais j’peux me planter.)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s