Les géants de Robert Tatin

Je feuilletais récemment un livre en anglais consacré au « Raw art », que nous appelons ici Art brut. Une partie présentait des environnements visionnaires dans le style du Palais du Facteur Cheval. Les divinités de Robert Tatin, qu’il appelait ses Géants, ont arrêté mon regard. Lorsque j’ai lu son nom, le souvenir m’est revenu. J’ai habité à une époque à proximité du lieu où se trouvent ces sculptures fascinantes. Les autochtones, qui en étaient assez fiers, m’en parlaient souvent. Curieusement, je n’ai jamais visité cet endroit.

Publicités
Cet article, publié dans Journal, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Les géants de Robert Tatin

  1. Vinosse dit :

    J’en suis tout retourné !!!

    (bof… elle doit être usée celle-là…)

  2. Vinosse dit :

    Je trouve que le « Picasso » est très fort. L’auteur avait tout saisi de l’art brut de Picasso, justement…

  3. claude dit :

    Si vous passez en Suisse romande et plus précisément dans le canton de Vaud, je vous recommande une visite à la Collection de l’Art brut de Lausanne qui fut longtemps animée par l’excellent Michel Thévoz, cet animateur lucide et donc très critique sur l’état de la création post-moderne. S’immerger dans les œuvres brutes permet de décaper son esprit des couches de merdres et d’affiner son exigence esthétique. (et transcendantale)
    http://www.artbrut.ch/

  4. Françoise Genty dit :

    Robert Tatin était un être extraordinaire, d’un grand savoir, qui lisait et s’informait sur tout. Il était un puits de connaissances; il était passionnant autant que passionné. Il était né à Laval, mais avait aussi beaucoup voyagé et avait également fait un passage par Paris. Avec sa femme Lise, il érigeait ces statues; ses géants, qui mènent, de chaque côté de l’allée venant de la route, au musée, à la Frênouse, sise à Cossé-le-Vivien, en Mayenne; je l’ai aidé à faire les ciments et armatures au moment ou il créait ses géants.
    Surtout, si vous repassez par la Mayenne, non loin de Laval, n’hésitez pas à vous y arrêter; la magie est toujours là. L’article de Raw Vision No 32 est extrèmement bien fait. Pour les amateurs d’Art Brut, le magasine 303 , No 119 en 2012, appelé Art Brut Outsider Modeste , est extrèmement intéressant lui aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s