Le Jane Sweet Show

Un petit show TV des Cramps pour réchauffer l’atmosphère. Devant les caméras, le groupe a sorti le grand jeu avec la classe habituelle. Futal en lamé pour Lux, qui reste sobre dans son jeu de scène et se concentre sur le chant. Ivy, déguisée en princesse de conte oriental, ondule lascivement derrière sa guitare. La bassiste est coiffée en iroquois et elle arbore une panoplie de Playboy Bunny. Le son est bon et les titres joués figurent parmi leurs meilleurs.

Cet article, publié dans Posts, Rock & Roll, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Jane Sweet Show

  1. jean songe dit :

    Argh, je me souviens du CHOC éprouvé aux premières notes de « Human Fly » sur le EP « Gravest Hits »… Poison Ivy & Lux Interior, le plus beau couple rock’n’roll… aussi charmants, distingués, cultivés, intelligents, sexys, sobres & végétariens à la ville ( je le sais, j’ai déjeuné à plusieurs reprises avec eux ) que foutrement allumés sur scène en tirant le maximum du minimum ( plus simpliste que le rock’n’roll des Cramps, y’en a peu à le jouer )… La clé de leur duo, c’est qu’ils se sont toujours considérés comme le Roi & la Reine de leur propre Royaume ( même s’ils n’auraient pas fondé un groupe ), & que l’amour qui les liait était plus fort que tout ( c’était beau à voir )…

    J’aime

    • journaldejane dit :

      Question de groupie sur « le plus beau couple rock’n’roll » : Lux et Ivy, ils sont comment backstage ? Dans une interview télé, elle machouillait un chewing gum et parlait peu ; ses rares interventions étaient personnelles, percutantes. Lux, lui, était expansif et volubile, à la fois passionné et d’une impressionnante lucidité.

      J’aime

  2. jean songe dit :

    je les ais vus une fois backstage, & avant le concert, ils avaient répondu à une itw « décalée », style « Le fou parle », qui avait bien plu à Lux… puis je les ai revus lors de leurs divers passages, souvent autour d’un déjeuner. Charmant, c’est vraiment le premier qualificatif qui me vient à l’esprit. On tombait sous leur charme. Lux, plus extraverti, plus souriant, & Ivy un peu plus distante, voix soyeuse, mais tous les 2 passionnés par 1001 choses ( dadaisme, surréalisme, par ex., ils étaient ravis que je leur offre le catalogue Marcel Duchamp édité pour l’expo à Beaubourg )… Dans la rue, ils faisaient leur effet aussi, Lux perché sur ses talons hauts, photographiant en 3D Ivy, toujours très sexy ( les Cramps étaient sans âge, bizarre impression… quand ils ont commencé ( en 77 ), ils étaient tout près de la trentaine … )

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s