Citation

« Dans l’évolution de l’humanité l’instant décisif est permanent. C’est donc à bon droit que les mouvements révolutionnaires intellectuels décrètent comme nul et non avenu tout ce qui les précède, car rien n’est encore advenu. » Franz Kafka (source)

Cet article, publié dans citations, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Citation

  1. vinosse dit :

    Bon…

    Ça suffit avec Kafka… Franz.

  2. vinosse dit :

    Loin de moi l’idée de dévaloriser une phrase attribuée à Franz K, au contraire même, mais la « reprise » de textes ou d’aphorismes non mis au propre par l’auteur, tous comme « traduits » d’une certaine façon, me laisse peu d’enthousiasme.
    Cette phrase n’est pas dans le style du jeune homme !

    Je peux toutefois me tromper.

    • journaldejane dit :

      C’est de l’Internet pur jus, pas de la glose universitaire. En fait, cette phrase qui a beaucoup transité est très probablement une trahison, ou au minimum une interprétation, de ce que peut avoir écrit Franz Kafka dans la langue d’origine. Pour moi, au moment où je l’ai lue, elle m’a semblé faire écho à la discussion qui a eu lieu dans les commentaires à propos de la « gueule de bois » (l’expression est de Claude) liée à la disparition des avant gardes. « Rien n’est advenu », c’est la triste réalité. Et que peut-on faire en partant de ce constat ?

      • claude dit :

        Que faire ? Hum… Survivre en cultivant son jardin secret, c’est pratiquer un égoïsme bien tempéré consistant à faire partager les artistes que l’on aime à ceux qui les méritent et qui, à leur tour, nous font partager les leurs. Les blogs servent aussi à ces échanges. Donc élitiste ? Oui, mais je dis égoïsme pas égocentrisme. A part ça, je ne vois pas. Depuis la fin des 70’s, les carottes son cuites.

  3. Sophie K. dit :

    Vinosse garde le Mausolée Kafka avec des munitions pour cent ans, hahaha ! Drapeau blanc, ô Vinosse !

  4. claude dit :

    PS: les carottes sont cuites. Sorry.

  5. vinosse dit :

    Mais je ne suis pas en guerre, chère Sophie !

    Tout juste amusé agréablement de la similitude de nos articles, du moins dans l’illustration !

    Je ne suis pas un spécialiste de la musique des 40 dernières années, juste un amateur à peine éclairé, mais je suis bien d’accord que rien depuis n’est advenu…
    Et moi qui croyais qu’affirmer cette pensée pourrait m’attirer les millions de volts de la foudre bien pensante et jeuniste !!!

  6. journaldejane dit :

    Le Journal de Jane n’est PAS un blog bien pensant et encore moins jeuniste.

  7. jean songe dit :

    les échanges, c’est bien, qu’il y ait des passeurs, passeuses ( comme Jane ), rien à redire, mais on ne peut pas s’arrêter là… la leçon essentielle du punk, c’était quand même  » do it yourself « ! démerde-toi avec tes moyens… et si possible à plusieurs, ensemble, c’est encore plus jouissif. Dans mon coin, un bled à 70 bornes de Toulouse, on s’est constitué en collectif artistique baptisé ZAP ( Zone d’Activités Poétiques ). On est une douzaine ( musiciens, plasticiens, comédiens, écrivains; amateurs éclairés ou pros, allant de 20 à 65 piges; & on associe à nos projets tous ceux qui ont en envie ), basée dans une ancienne école maternelle ( avec une convention signée avec la mairie d’un village qui nous laisse carte blanche, loyer gratos, on paie les charges ), qu’on a entièrement reconfigurée ( bar, salle de répét & de spectacle, 2 espaces d’exposition & un labo photo… ). Régulièrement, on programme un « événement », créé par nos soins ou en dénichant des talents qui nous plaisent. Sauf ( rare ) exception, on s’adresse à tout le monde & la participation des spectateurs est libre. Quant aux contributions extérieures, on leur garantit le remboursement de leurs frais & le partage à parts égales de la recette, plus un vrai repas ( voire plusieurs ) & le coucher s’ils le souhaitent. L’ambiance est toujours chaude, chaleureuse, & souvent rock’n’roll, et les « événements » se poursuivent tard dans la nuit ( on ne ferme pas les portes tant que ça joue ou que ça discute encore ). Notre budget ( serré ) est équilibré. Bon, c’est du taf, de l’énergie, de l’imagination, mais il en résulte des choses incroyables, & beaucoup des meilleurs moments de ma vie se passent dans ce lieu. Je pense que ce modèle est reproductible un peu partout ( il y a des talents tous azimuts, j’en suis convaincu ) & que le moment est particulièrement bien choisi pour mettre la main à la pâte…
    PS: on exporte aussi quelquefois en milieu scolaire, ou ailleurs, nos créations.

    • claude dit :

      Une belle aventure. Je suis sincère et même un peu jaloux. Il y a quelques temps, j’ai tenté de fédérer des énergies autour d’un projet modeste mais pas irréaliste: je me suis retrouvé tout seul. J’avais tâté le terrain du côté de gens de ma génération mais aussi chez des trentenaires et des quadras. Impossible de leur faire lever le nez de leurs écrans.

  8. journaldejane dit :

    Rien à redire non plus.T’es dans l’action, man. C’est là que ça se passe. Et oui, on pourrait se remuer un peu, faire kekchose (comme chantait Charlebois).

  9. Georges dit :

    Ici, c’est pas vraiment jeuniste, c’est même contre jeuniste si je peux me permettre. C’est peut être un truc que vous faites inconsciemment, faire comprendre au moins de 40, moins de 30 qu’ils ont finalement rien d’une génération intéressante et que de toute façon tout à eu lieu avant donc, nous ne pouvons pas comprendre. C’est un constat…
    T’aimes pas les stones parce que tu peux pas comprendre, parle pas de CCR, tu n’y connais rien. All that stuff

  10. Georges dit :

    Et de plus, je ne me suis pas relue, donc, mille fautes dans mon commentaire, ce qui confirme la thèse : jeunes = nazes illettrés 😉

    • journaldejane dit :

      Mais vous n’êtes responsables ni de la faillite de l’école, ni de la mort du rock, ni de la victoire du spectaculaire. A la limite, on en est là parce que notre génération a merdé. Et ce qui court le long des commentaires est une question qui taraude les quincas à l’heure du bilan : où est-ce que c’est parti en vrille et pourquoi n’avons-nous rien fait pour empêcher le désastre ?

      • claude dit :

        On est des passeurs, ça n’est pas rien. Et puis dans le bilan, je retiens un fait positif: notre génération a sorti l’art des casernes idéologiques et des réductions partisanes. Alors on se sent un peu nus, c’est normal.

Répondre à journaldejane Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s