« Cherchant sur les quais ma voiture »

« Au crépuscule des milliers d’étourneaux plongent et s’engouffrent en escadrilles pointillistes vers le feuillage mourant de deux rangées d’érables platanoïdes qui bordent une allée de terre battue longeant la rivière.

Ils s’entassent sur les branches et les font ployer et tout bruisse et piaille quand j’avance appuyant à intervalles réguliers sur la clé électronique de ma voiture attendant que s’illuminent quelque part les deux feux oranges clignotants.

Tout autour de moi, mêlé aux cris des oiseaux qui se bousculent, un clapotis liquide et métallique, une pluie fine et régulière comme une haie d’honneur de part et d’autre de mon chemin.

Le son magique que font les fientes des étourneaux s’écrasant sur la tôle polie des voitures. »

Grégoire Courtois

Grégoire Courtois (aka Troudair), on le suit depuis un bon moment, ici, au GFIV. Il ne nous a jamais déçus. Au contraire, il murit avec le temps et se bonifie. Pour un écrivain, c’est très bon signe.

Cet article a été publié dans citations, Posts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « Cherchant sur les quais ma voiture »

  1. Sophie K. dit :

    Très chouette extrait, je suivrai le lien.

    J'aime

  2. Vinosse dit :

    Pfffffff…. érables platanoïdes … pourquoi pas acer platanoïdes aussi …

    J'aime

  3. Anonyme dit :

    cool <<< Georges.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s