Passage du temps

Ce blog a  un an aujourd’hui (Dylan, 70 ; Godard, 80 ; Jagger, 68…)
Source

Cet article, publié dans Dylan, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Passage du temps

  1. Bouvachon Nicolas dit :

    C’est pas un peu difficile d’être fan de Dylan aujourd’hui ? En tous cas: belles photos…

    J’aime

  2. claude dit :

    Pour ce qui est du look si important dans le culture rock&pop, on a jamais fait mieux que celui du Zimm’ période « Blonde On Blonde ». (mid-60’s) A part lui, je vois pas… Ah si: The Clash au temps de « London Calling ». A ce propos, les pages consacrées aux premières rencontres entre Bob Dylan et John Lennon à Londres et à NY décrivent deux félins qui se hument, s’observent et s’influencent. Lennon commençait à être las du cirque de la beatlemania orchestrée par Brian Epstein. Quand il voit le basculement sonique et vestimentaire de Dylan, il commence à se sentir à l’étroit dans son costard propret et sous sa frange réglementaire. Quant au Zimm’, il est fasciné par la force de pénétration pop des Fab Four et l’extraordinaire potentiel mélodique de John et Popaul. Leur passage au Ed Sullivan Show eut un impact aussi important sur les mômes américains que Presley quelques années auparavant. C’est la confirmation que Dylan et Lennon ont bien été les deux acteurs majeurs de la révolution pop-rock des 60’s, car je crois que l’on peut parler d’un bouleversement révolutionnaire. Dans l’excellent doc’ sur Lemmy de Motorhead, le frontman du trio redit l’importance des Fab Four pour sa génération et pour le rock. On le voit acheter le coffret intégral. Sans dévaluer les Stones, ils sont arrivés juste après les quatre de Liverpool. Historiquement, c’est indéniable. Tous les bands 60’s psycho-punk et acid heads revendiquent les Beatles. De Music Machine aux Seeds, ils ont fait des covers des Beatles.

    * Philip Norman, « John Lennon, une vie » éd. Robert Laffont. Trad. Philippe Parringaux. (Une traduction soignée.)

    J’aime

    • journaldejane dit :

      Indépassable http://blogdylan.tumblr.com/post/8149241613
      La question du look est loin d’être superficielle, c’est l’une des leçons de la geste dylanienne. Ce qui ne signifie pas qu’il faille commencer par là, avant même d’avoir écrit une bonne chanson…

      J’aime

      • claude dit :

        C’est vrai. Dans les 80’s, j’ai souvent eu l’impression que les mômes passaient beaucoup plus/trop de temps devant la glace qu’au local de répétition. Ça s’entend sur les albums… 😉 Plus sérieusement, au début des 80’s les Flamin’ Groovies, les Plimsouls de Peter Case, les Dogs, Del Fuegos, Jesus & The Mary Chain, etc. revendiquaient l’élégance dylanienne mid-60’s. Plus récemment, le garçon du duo The Raveonettes s’est lui aussi visiblement inspiré de la garde-robe du Zimm’.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s