Le Vrai Dharma de Dada

Lire ce livre revient à abandonner toute certitude et à renoncer à toute définition concernant Dada. Le Dada auquel vous songez, celui qui traine dans les manuels d’art moderne, n’est pas Dada. Les artistes dada ne sont pas les nihilistes ivres de destructions et de provocations scandaleuses qu’on nous présente (même s’ils sont cela aussi, et pas qu’un peu). En les réduisant à cette caricature, la culture bourgeoise cherche à éviter une confrontation avec ce que fut Dada. Mais alors, que fut vraiment Dada ? Comme le Dharma dans le bouddhisme zen, il est impossible de définir Dada car Dada est irréductible. Il échappe à la pensée ordinaire qui s’appuie sur des distinctions dualistes*. Voilà la première leçon que je tire de la lecture de ce livre à la fois érudit et rigoureux qui est aussi un vibrant essai sur l’activité artistique et sur la liberté de l’homme.

*John Cage a fait, en son temps, le lien entre Dada et le Zen.

Advertisements
Cet article, publié dans Journal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s