J’ai relu Daimler s’en va

Et je reste sur la même impression, un peu mitigée. Au début, on a envie de relever quelques phrases étincelantes d’ironie et d’élégance désespérée. Mais il y en a trop. Pour moi, une accumulation de petits paragraphes ultra brillants, cela ne fait pas exactement ce que j’appellerais un « roman ». Daimler s’en va ressemble plutôt à un recueil de notes pour un projet – ce qu’était le Jounal de Trêve, dont je conserve un merveilleux souvenir.

Cet article, publié dans livres, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour J’ai relu Daimler s’en va

  1. Claude dit :

    Après relecture, je partage cet avis. Les passages fulgurants renforcent l’impression de quelque chose d’inachevé qui frustre. Pour dire lourdement: je suis resté sur ma faim.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s