Take a walk on the foggy side

Je n’ose pas écrire que j’assure une maintenance minimum sur le Journal car le lecteur risquerait de ne voir aucune différence. Disons juste que je suis en phase de décompression. Je lis, je glande sur le net et je regarde un peu la télé le soir. Vu une fiction, un polar. Le flic enquêtait sur le « milieu professionnel » de la victime, une plate-forme d’appel à la Défense. Je n’ai pas tenu jusqu’à la fin mais on m’a dit que le coupable était le manager sadique. Trop facile à deviner. Vu aussi Sollers, un soir, passé brosser un brillant portrait de Céline (il faudra parler de Céline un jour). A+

Cet article, publié dans Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Take a walk on the foggy side

  1. Claude dit :

    A propos de Céline, je suis avec ceux qui pensent qu’il doit rester dans le club des écrivains infréquentables.

  2. Claude dit :

    A propos de Céline (suite)…
    J’ai retrouvé le billet de Ludovic Maubreuil sur Causeur.fr. Extrait:
    (…) Il n’existera pas, voilà tout, de « rue Bardamu », de buste facétieux de l’auteur en simili-cuivre, de son et lumières dans des tranchées reconstituées, d’hôtesses badgées LFC, de reprise par une centaine de choristes d’A nœud coulant. Nous ferons, tant pis, sans les trémolos de Frédéric Mitterrand déclamant dans les allées du cimetière des Longs-Réages que « la plus grande conquête d’un écrivain, c’est son propre style », ou quelque chose dans ce goût-là ; sans les nouvelles magistrales et ferroviaires de dix écrivains offrant à Télérama une mise en abyme sans concessions de Rigodon ; sans les contre-manifestants arborant des tee-shirts citoyens, ornés d’un courageux « Lire ? Plus jamais ça ! » ; sans l’émoi de Joy Sorman trouvant inconvenant qu’on célèbre encore, au XXIe siècle, de vieux mâles blancs hétéro-fachos qui, comme par hasard, s’appellent comme des filles ; sans les larmes d’Alexandre Jardin, lisant la voix étranglée d’admiration scandalisée, des extraits des Beaux draps sous contrôle d’huissier.
    Céline, et il n’a qu’à s’en prendre qu’à lui, n’aura pas droit aux panneaux publicitaires, aux bornes interactives, aux quiz de France Culture, aux rires sous cape de Ségolène Royal, aux déclarations de Jamel Debbouze, aux calembours salutaires de Libération, à la ronde des indignés, des contre-indignés, des défenseurs de refusés, des accusateurs de promus …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s