J’arrête Kafka

Illustration : Robert Crumb

La lecture du Château peut entrainer des effets indésirables, comme des modifications dans la manière de percevoir certaines scènes du quotidien.  Exemple : un message qui m’était destiné ne m’a pas été communiqué sous prétexte qu’il avait déjà été transmis, ailleurs, et que c’était donc désormais à l’autre de le faire. Si, prenant modèle sur K., on fait l’effort d’essayer de suivre la logique à l’œuvre, cela donne : « Lorsque j’ai transmis l’information, ce n’est plus à moi de la délivrer, même si je me trouve en présence du destinataire. » Dans le roman inachevé de Kafka, on a l’impression que K. ne parviendra jamais à maîtriser l’administration du Château. Il est même possible que l’effort fait pour s’y adapter finisse par altérer son état mental.

Cet article, publié dans livres, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour J’arrête Kafka

  1. je vous rejoins sur votre manière d’appréhender la « chose »…
    Voici un petit film que j’ai réalisé sur K. :
    http://www.canalblog.com/cf/fe/tb/?bid=716882&pid=19528528
    Bien à vous.
    Coline

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s