Vivre sans temps mort

 

Illustration : Bill Térébenthine

Un témoin qui a rencontré  le jeune Debord dans des troquets de la Contrescarpe raconte qu’il quittait  la table quand l’intérêt de la conversation menaçait de décliner. « Il saluait soudain la compagnie. Payait généralement toutes les consommations, et s’éclipsait brusquement. Et c’étaient tous les convives qui se sentaient congédiés. »  (source)

Cet article, publié dans Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s