Un des deux plus grands écrivains américains vivants

Je viens de finir la lecture de Point Oméga de Don De Lillo. Le premier mot qui me vient à l’esprit : respect. Rien à dire, c’est du travail d’orfèvre, intelligent, original dans sa construction, abouti. L’ennui que distille doucement ce court roman provient précisément de cette maîtrise. Entre l’idée qu’on se fait du livre à partir des éléments révélés en quatrième de couverture (Douglas Gordon, 24 Hour Psycho, ralentissement du temps…) et la lecture, très peu de surprises. Don De Lillo, c’est sa force, avance en ligne droite. Mais il est trop straight pour mon goût, trop sérieux, trop rigoureux. Je préfère les romans bordéliques et drôles de Pynchon, son principal concurrent sur le podium.

Cet article, publié dans livres, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un des deux plus grands écrivains américains vivants

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s