Masterpiece

Je voulais vous parler d’un livre qui vient juste de sortir et que tiens (je n’hésite pas à le dire) pour un chef-d’œuvre. Il s’agit d’un recueil de bandes dessinées. Les scénarios sont de  Harvey Pekar et les dessins de Robert Crumb. J’ai plus ou moins découvert Pekar quand il est mort. Je savais qu’il existait et j’aimais quelques couvertures d’American Splendor, mais ça n’allait pas plus loin. Je découvre et c’est une révélation. C’est de l’autobiographie au ras du quotidien, en plein dans la vie ordinaire. Le genre de truc qui vous fait un peu peur ? Moi aussi. Pourtant, avec Harvey Pekar, on ne s’ennuie pas. Cela tient à l’intelligence du regard, à l’humour, et aussi au fait que Pekar est un type sympa et qu’on l’écouterait avec plaisir raconter n’importe quoi. Délaissant momentanément ses obsessions, Crumb met son talent au service de l’univers de son vieux pote, collectionneur de disques comme lui (il y a plusieurs histoires qui tournent autour de son addiction au vinyle de Jazz). Les parutions s’étalent de 77 à 83, il est intérressant de pouvoir suivre l’évolution de Crumb sur cette période. Ajoutons que l’objet est soigné (couverture intérieure classe, belles illustrations), le tout pour une somme relativement modique. Check it

Cet article, publié dans comix, Posts, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s